Tel est l'objectif du premier Rapport mondial sur l'exploitation sexuelle (1) publié cette semaine par.
A Barbès, l'abattage, a la maison de la Santé, Lilou s'est même mariée à Carlos, son homme, son mec.
Parmi les thèmes abordés, celui des «événements sportifs» retient l'attention.
Depuis hier, la Norvège applique une nouvelle loi qui punit les clients de prostituées.Mais il faut un cadre protégé, que les prostituées paient des impôts, qu'elles bénéficient de la Sécu." "En tout cas, à mon époque, dans les années 70-80, on ne peut pas dire qu'on faisait ce métier par choix.Mais il était un homme respecté dans le milieu, il avait un rang à tenir. . Il y a bien longtemps que l'administration fiscale s'est vu reconnaître le droit d'imposer les prostituées (conseil d'Etat, sans se préoccuper de la contradiction avec la ratification de la convention de l'ONU de 1949.Elle y livre son parcours hors du commun.Pour passer en priorité, certaines femmes de détenus feignaient d'être enceintes en mettant un coussin sur leur ventre.«Football et JO sont identifiés comme les théâtres les plus connus d'exploitation sexuelle.
Il y avait foule sur le trottoir et rien pour s'abriter les jours de pluie.".
Deux ans après la loi de lutte contre la prostitution et la pénalisation des clients, la situation s'est aggravée pour les prostituées.
Les souvenirs refont surface.
Dans quelle histoire Lilou va-t-elle encore plonger?
"Pendant trois ans, je suis venue ici trois fois par semaine voir mon mari au parloir.
"Il y aurait sans doute eu un sursaut possible au cours de ces années.
Comme lorsqu'un de ses hommes, un braqueur, lui laisse un jour une liasse de billets dans sa boîte aux lettres afin qu'elle s'achète une nouvelle machine à laver.Un mois à travailler non-stop de 6h à 3h le lendemain, cloîtrée dans une chambre du quartier Barbès.Trente réseaux démantelés chaque année en France.Et quand il s'est agi de s'échapper, Lilou a été punie.En attendant, Lilou est de passage à Paris, invitée de l'émission de Sophie Davant, "Toute une histoire qui sera diffusée début septembre.Son livre se dévore, précis, sensible et délicat.Depuis la sortie de sa biographie, galchenyuk exchange Lilou a également retrouvé le sommeil.



"On appelle ça l'abattage avec trois petites heures pendant lesquelles j'étais censée dormir, sans pouvoir changer les draps de la journée." Dans son livre, Lilou raconte : Ce supplice me calma, c'est peu de le dire.
Parmi la trentaine de pays étudiés, la France qui se caractérise par une prostitution de plus en plus «essaimée».

[L_RANDNUM-10-999]