De nombreuses prostituées métropolitaines mais aussi le milieu marseillais qui se porta acquéreur de plusieurs établissements mais il semblerait que le nombre de maisons resta inchangé par rapport à 1942.
Habitué à fréquenter les hordes de prostitués il sy rendit pour clore la soirée en «extase».
Comme Mademoiselle, claude ferez, institutrice à Inkermann; d'autres enfin ont été vendues à des trafiquants internationaux et acheminées vers le Maroc ou le Congo ex-belge, peut-être même pour certaines vers l'.
Si on ne reverra jamais la presque totalité des personnes enlevées à Oran le, il y a relativement peu de chances de retrouver les autres disparus.On ne peut parler de la prostitution en Algérie sans se pencher sur le sort des filles soumises et des conditions de vie dans ces maisons.Réparties sur tout le territoire les maisons closes se situaient dans les principales villes généralement dans des quartiers à forte population musulmane, leurs noms : La Patte de chat, La Villa des fleurs, La Villa des roses, La Lune, Le Chat noir, Les Palmiers,.Ses ravisseurs avaient laissé dans sa change euro livre egyptienne voiture la photographie de deux d'entre eux, les «djounoud» ( membres des groupes armés.L.N.La plupart des personnes enlevées sont mortes comme sont morts la quasi-totalité des Français enlevés à Oran dans la seule journée du Cette tragique journée a été marquée par des massacres en pleine rue sous les yeux des militaires français auxquels leur chef, le général.Extrait, la quasi-totalité des personnes enlevées pour permettre le pillage ou le vol de leurs biens ont été abattues aussitôt après leur capture; c'est le cas notamment des personnes circulant à bord de véhicules automobiles.Belcourt, rendue à sa famille le et considérée maintenant comme folle incurable ; d'autres ont été attribuées à des officiers de l'A.L.N.De nombreuses femmes ont été enlevées uniquement pour la prostitution.
En fraction de seconde il aurait été le client de sa femme «respective».
Incroyable mais vrais, mais cela a eu lieu dernièrement en Italie.
Mimran, a été enlevé près de Charon, en août 1 962.
D'autres ont été employés sur des chantiers de déminage, notamment à la frontière tunisienne, d'autres dans des mines comme celle de Miliana dans laquelle le jeune soldat aussignac, enlevé le à Maison-Carrée et évadé au printemps 1963, a travaillé plusieurs mois durant, d'autres enfin sur.
Lironie du sort, au seuil de ce lieu de débauche une courtisane vient laccueillir.
Des estimations de source officielle donnaient peu après le chiffre de 91 morts et de 500 disparus; les chiffres réels sont très certainement supérieurs.
Un homme boite vitesse echange standard volkswagen qui voulait passer la soirée avec ses amis a averti son épouse de son absence histoire de changer dair et de rompre un peu leurs soirées routinières.L'O.A.S, dès 1961, prit pour cible les souteneurs et contribua à l'élimination des proxénètes locaux qui étaient les financiers.L.N.Valadier, actuellement à Nîmes, sont devenues folles soiree coquine st valentin ou demeurent prostrées ; l'une d'elles, femme d'un officier français dont on doit taire le nom, la famille ignorant heureusement tout, mère de trois enfants, s'est donné la mort le lendemain de sa libération d'une maison close.On ne saura jamais le nombre exact des morts de cette journée, comme on ne connaîtra jamais le nombre des personnes enlevées dans les rues, les cafés, les restaurants, les hôtels même, dirigées vers le commissariat central de police ou les maisons closes des quartiers.Elle sadonnait aux plaisirs charnels pendant que celui-ci dégustait de la chaire fraîche!A Alger le plus sélect était le Sphinx, n'acceptant que les européens ; la maîtresse de maison, une forte femme trônant derrière le bar confortablement installée dans un fauteuil dirigeait ses filles du doigt et du regard, un sourire aux lèvres et faisait croire."Agonie dOran " de Geneviève de ternant (éditions ndini Calvisson) Tome.Valadier, en levée à Alger le ; retrouvée dans une maison close.Un Français d'Oran,.Une fois la soirée avec les potes finis, le mari en question ne semble rassasié et veut profiter au max.La plupart sont morts, soit aussitôt après leur capture, soit sous les coups, les mauvais traitements, les tortures dans les jours qui ont suivi, soit tout simplement de misère physiologique.Au lendemain de la conquête, l'armée se trouva confrontée à d'énormes problèmes sanitaires dus à une importante épidémie de maladies vénériennes qui eut pour effet de décimer ses régiments, officiers et sous officiers compris, qui se traduisit par un engorgement des hôpitaux militaires et des.Certaines ont été livrées aux maisons closes, telle Madame.Réservés à l'armée et sous son autorité il y accueillaient aussi les civils dans les régions isolées ; ils ont de nos jours disparu.




[L_RANDNUM-10-999]