jacky et michel libertin

Il me caresse le dos très délicatement en m'embrassant, j'entends des plongeons dans la sauna libertin lomme piscine, je me laisse aller à ses caresses.
Tout le monde se lève et aide Marie à débarrasser la table.
Nous parlons un peu de la soirée, je lui avoue que j'ai adoré.Maintenant je sais qui est derrière moi, il commence à me pistonner doucement, il doit sentir que je me crispe à chaque plongée dans mes entrailles car c'est douloureux, mais de moins en moins, puis il accélère.Qui na jamais voulu renifler le fion de sa grosse prof après la sonnerie.J'ouvre les yeux pour voir Grégoire accoudé sur le flanc à côté de moi, Jacky n'est plus.Un autre se place derrière moi et relève le bas de ma robe, qui devient une ceinture, pour me caresser les fesses.Ils n'ont pas très envie d'aller à cette cérémonie mais ils y sont obligés.Celui qui est assis sur mon dos rentre deux doigts de chaque main puis écarte mes fesses, je sens du gel glacé dans mon anus, les doigts me massent puis s'écartent à nouveau, de plus en plus à chaque fois, en me maintenant ouverte plusieurs.J'accepte avec joie, d'autant qu'elle prévoit une grasse matinée le lendemain et de ne commencer à travailler que l'après-midi.
Elle reprend : «Alors tu restes comme ça toute souillée pour descendre, ça voudra dire aux gars que tu as aimé ce qu'ils t'ont fait.» Je réponds : «Si vous voulez Marie» et elle me prend par la main pour la suivre, sexy rencontres gratuit sans cb me demandant juste.
Nous gérerons ce qu'elle ne veut pas déléguer, soit pas plus de 2 jours de travail par semaine, en comptant journée au bureau en ville pour faire le lien.
Allongés côte à côte sur le dos pour reprendre nos esprits et notre souffle, je pensais qu'on en resterait là, que les gars étaient aussi épuisés que moi, mais je me trompais.
Je farfouille dans mon dressing en quête d'une tenue pour la journée lorsque j'entends parler en-dessous de la fenêtre, près de la piscine.Marie me demande si ça va, si j'aime ça, je hoche la tête en la regardant pour dire oui, je ne peux pas parler.Il faut un long moment pour que mes fesses reposent sur ses cuisses et qu'il soit totalement en moi.Ils commencent à me caresser délicatement, leurs mains effleurent juste ma peau, me procurant de doux frissons.J'ouvre les yeux pour voir Marie et les trois autres en plein travail : elle est à quatre pattes au milieu du lit en train de se faire baiser en levrette par Marc, les deux autres sont allongés tête bêche de chaque côté d'elle.

Il bombe un peu le torse sous le compliment et Marie enchaîne à mon encontre : «Tu verras, avec le temps et la pratique, tu jouiras d'être sodomisée quelle que soit la taille» puis, se tournant vers Grégoire : «Ça ne fait que.
Manon et Jacques forment un couple uni mais très libre.


[L_RANDNUM-10-999]